La Carrière de Bodhisattva (Être d’Éveil)


Ce sujet étant très vaste, nous ne donnerons ici que quelques précisions sur la forme générale de cette carrière.  

Dans le cheminement vers l’éveil suprême du Bouddha, l’adepte qui s’engage dans le grand véhicule, celui de la Compassion et de la Sagesse, doit inévitablement s’exercer aux et accomplir les dix perfections ou pāramitās dont nous rappelons ici les six souvent énoncées :  le Don-Générosité, l’Éthique, la Patience, l’Endurance, la Méditation et la Sagesse Transcendante.


Dans le cadre du véhicule causal du Mahāyāna, cela signifie qu’il faut être prêt(e) à endosser une carrière extraordinaire de sacrifices pour mener à bien ces perfections, et ce, à travers un certain nombre de kalpas selon que l’on fasse partie de l’un des trois niveaux d’adeptes (inférieur, moyen ou supérieur). Le Bouddha Śākyamuni était un adepte de la catégorie supérieure. Toutefois, dans ce véhicule causal,  se trouve la Porte du Dharma Terre Pure qui permet de raccourcir cette carrière avec le moindre effort, et cela en prenant naissance dans la Terre Pure de Sukhāvatī du Bouddha Amitabha.

De manière plus détaillée, et selon la version à 80 fascicules du Sūtra Mahāvaipulya de l'Ornement du Bouddha, un bodhisattva progresse à travers cinquante-deux niveaux, classés en sept étapes (clairement définies et enseignées) :


(1) Les Dix Esprits de Foi ;

(2) Les Dix Niveaux de Demeure ;

(3) Les Dix Niveaux d'Action ;

(4) Les Dix Niveaux de Transfert de Mérite ;

(5) Les Dix Terres ou Bhūmis ;

(6) L'Illumination Virtuellement Parfaite ;

(7) L'Illumination Parfaite.


Un bodhisattva continuera d'être un être ordinaire à mesure qu'il cultive les dix esprits de foi ; il sera un sage à mesure qu'il pratique les dix pāramitās, progressant à travers les dix niveaux de demeure, les dix niveaux d'action et les dix niveaux de transfert de mérite ; et il sera un être saint au fur et à mesure qu'il progressera à travers les dix terres. Un bodhisattva accèdera à la première terre quand il réalisera que tous les dharmas n'ont aucune naissance (non-nés). Au fur et à mesure qu'il progresse de la première à la dixième terre, il accomplira les dix pāramitās (perfections) les unes après les autres, en correspondance avec les dix terres. Au cinquante-et-unième niveau, son illumination étant virtuellement parfaite, il sera dans la position sainte d'attendre pour devenir un Bouddha dans sa prochaine vie. Au cinquante-deuxième niveau, il atteint l'illumination parfaite, réalisant le fruit ultime de l'aspiration et de l'entraînement d'un bodhisattva.


Dans le cadre du véhicule résultant du Mahāyāna dit Vajrayāna, l’adepte accomplit aussi les perfections mais en usant de méthodes très habiles et puissantes qui peuvent raccourcir cette carrière à une ou quelques vies au mieux - selon le niveau de tantras - avant d’atteindre la bouddhéité. Pour l’accumulation de mérites, il s’exerce en méditation - dans la phase dite de génération - aux perfections via une approche différente, à savoir en considérant que les phénomènes relatifs ne sont pas impurs. Par exemple, la perfection de générosité est exercée en faisant des offrandes au mandala (Bouddhas et Bodhisattvas), la perfection de l’éthique est développée en réfrénant l’appréhension dualiste des phénomènes, etc.



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure