Les Cinq Préceptes du Laïc


L’importance de s’y tenir


Le laïc (ou la laïque) qui souhaite s’engager sur la Voie du Bouddha est amené(e) tôt ou tard à prendre refuge en les Trois Joyaux de manière extérieure (par une cérémonie) et continuellement de façon intérieure tout le long de son chemin vers la bouddhéité. La prise de refuge permet d’accumuler d’énormes mérites indicibles totalement. Elle marque notre distinction comme étant ‘bouddhiste’ ou disciple déclaré du Bouddha.


Une fois après avoir prise refuge dans cette vie, son esprit doit être entraîné à l’éthique, à la méditation et à la sagesse.

Pour l’éthique, des engagements sont proposés afin de fermer les portes des renaissances inférieures.

De plus, s’en tenir à ces préceptes est une cause parmi d’autres pour renaître en la Terre Pure du Bouddha Amitabha.


Quels sont-ils ?


Un condensé extrait des dix actes vertueux :


                       - Ne pas tuer ou ôter la vie de tout être sensible

                       - Ne pas s’adonner à la méconduite sexuelle

                       - Ne pas voler

                       - Ne pas s’adonner à la consommation de l’alcool (sauf en cas de nécessité médicale) et jusqu’à l’ivresse, et ne

                           pas prendre des intoxicants jusqu’à l’addiction

                       - Ne pas mentir  


Bien évidemment, ils doivent être appliqués avec intelligence et compris au préalable en recevant des instructions détaillées .

Il est difficile de s’en tenir à notre époque. Rares sont les adeptes qui peuvent prétendre les maintenir parfaitement. Pourtant, les mérites qui en découlent sont très grands et les effets positifs certains sur notre santé et notre bien être, par exemple.

Ces cinq préceptes sont la base de nombreux préceptes pris progressivement à mesure que l’on chemine sur la Voie. Ils font partie de la perfection d’éthique de l’être d’éveil ou bodhisattva…


Comment les prendre en pratique ?


Ils peuvent être pris - entièrement ou partiellement avec le premier comme étant inévitable - lors de la cérémonie de prise de refuge menée par un maître bouddhiste ; cela se passe ainsi dans les pagodes sino-vietnamiennes. On s’engage devant les Bouddhas et Bodhisattvas des trois temps et des dix directions à faire de son mieux  pour les appliquer. Il y a toujours possibilité de se repentir (avec méthodes) si l’on faille mais cela ne doit pas être un prétexte pour faillir !


Dans l’école tibétaine, on prend surtout les Vœux de Bodhisattva qui inévitablement contiennent ces cinq préceptes. L’engagement se fait aussi devant un maître tibétain. Souvent, la durée de l’engagement ne dure qu’une journée ou deux.



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure