La Méditation Bouddhiste


Universalité de l'entraînement de l'esprit


Avant que le Bouddha Śākyamuni apparaisse dans ce monde Sahā (de l'endurance), il existait déjà en Inde, et même ailleurs dans le monde, des adeptes de l'entraînement de l'esprit pour différents buts et raisons : paix de l'esprit, bonheur éternel, immortalité, libération de la souffrance, etc.

Il en était ainsi des maîtres de Siddhārta qui butaient "au pied" de l'éveil suprême et ne pouvaient dépasser les hautes sphères de l'absorption méditative (dhyāna) du saṃsāra.

Nul doute donc que la pratique de la méditation – entraînement de l'esprit – perdurera dans le saṃsāra, et ce, même si nous sommes en période de déclin du Dharma.


Pratique indispensable de la méditation dans le Bouddhisme


L'esprit samsarique est depuis la nuit des temps très agité par les passions (kleśas) qui y sont profondément ancrées. Chercher la paix de l'esprit à l'extérieur – richesse matérielle, etc. - est vain et il est nécessaire de se tourner vers l'intérieur de l'esprit par des méthodes habiles (śamatha -  vipaśyanā) afin de déraciner ces passions, qui forment une des causes de la grande souffrance du saṃsāra et de la ronde des naissances et des morts.

Une méthode très connue et ‘simple’ - dite de śamatha - concerne celle de l'attention à la respiration en un lieu adéquate. À chaque inspiration, étant présent(e), il faut en être conscient(e) et à chaque expiration, étant présent(e), il faut en être conscient(e). L'aide du comptage de la respiration peut être ajoutée à l'exercice. Les bienfaits peuvent être très grands avec une pratique assidue et continue tout au long de la vie au plus.

Il existe bien sûr d'autres types d'exercices à choisir selon nos aspirations. (Voir la page dédiée....)


Méditation Bouddhiste et méditation autre : mise en garde !


Personne en ce monde ne peut échapper à la souffrance de l'esprit, laquelle souvent pousse à des décès prématurés (suicide, par accident, etc.). Ainsi, on peut observer une émergence de centres et gurus de tout genre, qui à but lucratif et prétendant pouvoir soigner, proposent toute forme de méditation : transcendantale, sexuelle, etc.

Or rien de ces activités mondaines perverses démoniaques ne concernent la méditation authentique bouddhiste, laquelle à des buts spécifiques temporaires et un but ultime : atteindre l'état de Bouddha pour le bien réel de tous les êtres sensibles. Il est donc nécessaire d'être très prudent(e) si on veut s'engager sur la voie de la méditation, et de s'adresser à des pratiquants et/ou enseignants authentiques en centres bouddhistes reconnus. Qui plus est, les écrits au sujet de la méditation se doivent d'être marqués du sceau du Dharma du Bouddha pour être retenus comme des justes supports sur la Voie.

Le sujet ne saurait être épuisé. Novice que vous êtes, n'hésitez donc pas à nous poser des questions en ligne ou en retraite de préférence.



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure