Le Régime Végétarien Bouddhiste


Une étape fortement suggérée


Quand l'on a pris l'engagement ferme de suivre comme unique exemple parfait le Bouddha afin d'atteindre l'éveil suprême, il importe de tout faire pour calquer notre conduite du corps, de la parole et de l'esprit avec la conduite immaculée du Bouddha telle qu'enseignée dans la précieuse Doctrine (Dharma).

À l'occasion d'une prise de refuge marquant notre engagement, il est conseillé ou suggéré pour un(e) adepte de diminuer la quantité de viande consommée (y compris le poisson et tout fruit de mer !) progressivement en adoptant un régime végétarien un jour, deux jours, trois jours, ou plus chaque mois. Au mieux, l'adepte pourra immédiatement adopter ce régime si son karma corporel le permet. Cela afin de nourrir la graine de compassion en soi et non pour des motifs mondains comme la bonne santé ou le beau paraître. Les mérites ainsi accumulés sont bien plus vastes que ceux par exemple d'une femme mannequin qui est végétarienne pour son travail et sa ligne. Les bénéfices sont grands pour soi-même, pour les êtres sensibles et la planète entière…     


Une étape inévitable


À mesure que l'on chemine sur la Voie du Bouddha – la Voie de la Libération de Soi et des Êtres – on apprend selon la Doctrine avancée du Mahayana, que ce régime est indispensable et un aboutissement naturel pour s'engager dans la Voie Héroïque de l'Être d'Éveil ou Bodhisattva. Le Bouddha Sakyamuni le souligne très clairement dans le fameux et précieux Sūtra de l'Entrée à Lanka que l'adepte avancé devrait selon l'opportunité, lire et étudier sérieusement même s'il est profond. On y apprend aussi que certaines plantes ou herbes dites âcres devraient être évitées (dont l'oignon)…Il est en effet contradictoire de vouloir atteindre la Compassion Universelle d'un côté et de continuer à encourager directement ou indirectement la consommation de chair…de nos pères et mères des vies passées et à venir ! Le régime végétarien à ce niveau devient une véritable pratique du bouddhisme. Il s'agit notamment de purifier notre mauvais karma qui a donné naissance à ce corps impur. Le corps et l'esprit deviennent "légers" car dépouillés des viandes ou morceaux de cadavres imprégnés de l'esprit de vengeance de l'animal tué…


Fermeté dans la pratique du régime végétarien bouddhiste


Quand l'engagement de suivre cette pratique du régime végétarien est pris, il importe de s'y tenir fermement comme on doit s'en tenir à des préceptes pris devant les Trois Joyaux. Il est en effet inconcevable de se dire végétarien(ne) en continuant à ne manger que du poisson de temps en temps, ou de céder à la viande lors d'une invitation à un repas en famille ou entre amis ! On n'est pas tantôt végétarien, tantôt non végétarien. On l'est ou on le l'est pas totalement ! Par différentes pratiques visant à développer la Compassion, tenir ce régime devient très vite aisé et notre santé devient tôt ou tard meilleure pour pouvoir pratiquer davantage le Dharma…


Si vous n'êtes pas encore convaincu(e) – sans doute par avidité pour la chair – alors veuillez visiter les abattoirs par exemple. Et si vous souhaitez devenir végétarien(ne), à notre époque, il est de plus en plus facile de trouver les produits substitutifs. Peut-être qu'aussi, apprendre la cuisine végétarienne par notre biais à travers un stage de courte durée vous y aidera…       


◄Contenu Bases Bouddhisme - Amitabha Terre Pure