B-Bouddhisme-Les Quatre Établissements de l'Attention

Les Quatre Établissements de l’Attention


Quel que soit le véhicule dans lequel on s’engage, la pratique constante de l’attention est un point inévitable et fondamental. Śāntideva – maître indien du passé – le souligne en particulier dans son écrit nommé "La Marche vers l’Éveil". Étant un sujet très vaste et délicat, nous présentons succinctement ici ses quatre aspects – Attention au Corps, Attention à la Sensation, Attention à l’Esprit, Attention aux Phénomènes – dans le cadre d’un engagement sur la Voie Héroïque du Bodhisattva.


▪ Attention au Corps


En observant profondément et constamment son propre corps ou celui d'autrui, on est amené à reconnaître qu'il est fait des cinq agrégats et souffrance car ultimement vide d'une essence propre. Ce qui permet de s'en détacher et de ne pas s'attacher au corps impermanent et voué à la destruction. Cela ne signifie pas de le maltraiter en sombrant dans les extrêmes du nihilisme ou de l'éternalisme, mais de s'en servir uniquement comme moyen temporaire pour servir les êtres dans le sens de la libération, et de réaliser ultimement notre aspiration à obtenir ou actualiser le corps sublime et immaculé d'un éveillé.  


▪ Attention à la Sensation


La sensation fait partie des cinq agrégats qui composent ce corps. Elle est de trois types : agréable, neutre ou désagréable. Un être ordinaire perçoit par ignorance cette sensation sous ses trois aspects, lesquels correspondent au désir-attachement, à la confusion et à l'aversion. Il en souffre car il est imprégné de cette sensation omniprésente (perception, appréhension, etc.) dans une dimension plus large. Un être sage perçoit la sensation avec la sagesse fondamentale, c'est-à-dire vide d'un être qui sent, de principe vital, d'individu, etc., et donc n'en souffre pas. C'est pourquoi il est dit qu'un être sage, même dans la maladie, reste dans une joie intérieure et non troublé. En pratique, l'adepte devrait regarder la sensation comme illusoire et demeurer dans l'équanimité vis-à-vis des trois types de sensation, épuisant ainsi les imprégrations négatives.


▪ Attention à l'Esprit


Cette attention a deux aspects : le non-oubli de l'aspiration à l'éveil et sa protection et non-dispersion.

Pour le non-oubli de l'aspiration à l'éveil, quelles que soient les activités dans lesquelles on est engagé(e), on ne laisse pas cours aux passions qui ont le pouvoir de nous faire oublier la Voie et notre but ultime qu'est l'éveil. On s'engage dans des activités méritoires en ce sens et n'oublie pas la dédicace. Pour sa protection et non-dispersion, on l'entraîne dans l'accumulation de mérites et de sagesse, l'établit progressivement dans le calme mental et la vision profonde, ce qui à terme permettra de reconnaître sa véritable nature : vide, sans essence, immatériel, insubstantiel, indéterminé, insaisissable, illusoire, comme un rêve, etc.

▪ Attention aux Phénomènes


Il s'agit du non-rejet et du non-oubli jusqu'au cœur de l'éveil des phénomènes vus par la sagesse des supérieurs. L'attention portée aux phénomènes permet de reconnaître les phénomènes comme étant vides de tout caractère absolu. Étant vides de caractère absolu, ils n'ont qu'une seule caractéristique : l'absence de caractéristique. Ainsi, le sage en s'appuyant sur le sens définitif, reconnaît la nature des passions comme étant indifférenciée de la nature de l'éveil. Aussi, que tous les phénomènes sont les qualités de l'éveillé ! Il ne surimpose rien et ne conçoit rien et obtient l'absorption dite libre des voiles vis-à-vis des êtres. Dans la pratique, l'appui sur les phénomènes relève des moyens habiles, tandis que la vue profonde des phénomènes relève de la sagesse.


Pour finir, nous soulignerons que l'attention est souvent associée à la vigilance…laquelle est encore un autre sujet !



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure