L'Aspiration (ou Détermination) Supérieure


Il n'y a pas un seul être sensible qui n'aspire pas profondément au bonheur, lequel peut prendre différents formes. Mais à regarder de près, dans le cas des êtres humains ordinaires en particulier, cette aspiration est toujours tachée d'une forme d'égoïsme. On parle alors de petites aspirations.


L'adepte qui s'engage sur la Voie du Bouddha apprend progressivement à diminuer cet égoïsme, non sans peine inévitable et utile, et de ce fait à permettre à autrui sans exception d'acquérir ce bonheur en premier. Pour ce faire, il-elle s'engage dans l'accumulation de nombreuses racines de bien afin de réaliser ce but qui ne peut être atteint qu'en réalisant l'éveil suprême d'un Bouddha. Son aspiration supérieure a donc pour objets d'observation toutes les racines de bien (dix actions vertueuses, etc.).

Cette accumulation de toutes les racines de bien implique un engagement total, libre de découragement ou d'angoisse, dans l'étude et la pratique de la Doctrine du Bouddha, en s'efforçant inlassablement d'instaurer un comportement noble – du corps, de la parole et de l'esprit – qui participe du développement de toutes les qualités temporaires ou transcendantes sous l'impulsion de l'esprit d'éveil.


L'aspiration supérieure est libre des différentes formes d'orgueil et elle fait opposition aux vices ou misères car :


- elle est la douceur pour les esprits élémentaires ;

- elle est l'amour pour les êtres qui en manquent ;

- elle est la compassion pour les inférieurs ;

- elle est l'amitié pour ceux privés d'assistance ;

- elle est la protection pour ceux privés de protection ;

- elle est la sincérité pour les esprits tortueux ;

- elle est la clarté pour les esprits rudes ;

- elle est l'absence d'hypocrisie pour les dissimulateurs ;

- elle est un bien pour ceux qui agissent mal ;

- elle est la vérité pour ceux qui sont dans l'erreur ;

- elle est un refuge pour ceux sans refuge ;

- Etc.


Cette aspiration fait progresser vers l'éveil de vie en vie, et cette accumulation de racines de bien devient pour l'adepte une force et une protection. Elle fait franchir les terres du bodhisattva (être d'éveil) par la pratique des six vertus transcendantes :


- elle effectue le don difficile à accomplir, en offrant même la tête (partie dite la plus noble) ;

- elle est amicale avec les êtres sans discipline grâce à une éthique difficile ;

- elle accepte les erreurs des faibles grâce à une patience difficile à engager ;

- elle rejette l'éveil 'facile' des auditeurs ou des bouddhas solitaires grâce à une persévérance difficile à engager ;

- elle ne goûte pas ou ne s'accroche pas à la saveur du recueillement grâce à une méditation difficile à engager ;

- elle ne critique pas les racines de bien grâce à une sagesse difficile à engager.


Ainsi, cette aspiration supérieure est dite supérieure parce qu'elle est impérissable dans son entreprise, étant tournée inébranlablement vers le bien – c'est-à-dire mener à la libération – de tous les êtres sensibles en nombre illimité.



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure