Loi de Cause à Effet et Le Karma


▪ Une personne qui se coupe un doigt en faisant la cuisine, expliquerait cette infortune en disant qu’elle a manqué d’attention et de présence dans le maniement du couteau. Une autre personne qui gagnerait au loto dirait que c’est le « hasard » qui lui a permis de gagner la fortune.


Mais qu’y-a-t-il derrière le manque d’attention du couteau et le mot hasard ?


Une personne ordinaire, en général, ne se pose pas ce genre de question. Le scientifique, lui, pourrait dire que c’est le jeu de l’interaction entre les phénomènes, notamment sur le plan microscopique, qui est le fond de ces événements. Mais cela resterait encore objectif et purement cartésien.


Qu’en est-il du point de vue bouddhiste ?


Le Bouddha ne s’est pas limité à ces deux niveaux d’observation. Il est allé scruter directement l’esprit pour se rendre compte que la dynamique des phénomènes s’y trouvait principalement. Il a décrit les phénomènes, quels qu’ils soient, comme étant tous interdépendants, tant sur le plan matériel qu’immatériel. Dans le cas des êtres sensibles, tous les événements vécus ne sont pas le résultat du « hasard » mais bien celui de causes antérieures pas toujours entièrement définies. L’ensemble des actions, quelles qu’elles soient, de l’esprit, du corps et de la parole, sont génératrices d’effets certains à moyen où long terme qu’il faudra expérimenter : cela constitue notre karma, lequel est profondément enraciné en l’esprit et nous suit comme une ombre. Ainsi, le Bouddha enseigne de ne pas négliger toute action, même triviale ou minuscule car les effets peuvent être énormes !


─ Dans le cas de la personne qui s’est coupé le doigt, le manque d’attention démontre que l’esprit n’est pas maîtrisé à cause de perturbations mentales issues du désir, de la colère ou de l’ignorance fondamentale.

─ Dans le cas du fortuné au loto, son gain est sans doute le résultat d’une pratique intense d’accumulation de mérites par le don-générosité. Car en effet, la loi de cause à effet universelle n’est pas « désordonnée » : l’effet d’une action ne peut être qu’en accord avec sa cause, et son degré dépend principalement de l’intention ou de la motivation…   


▪ Par une analyse et méditation analytique, on peut vérifier partiellement le phénomène de karma et la loi de cause à effet. On est limité dans la réalisation parfaite de cette vérité (seul un Bouddha connaît pleinement le processus karmique), du fait que le karma n’est pas limité par les trois temps (passé, présent et futur). Admettre ce phénomène induit nécessairement à réfléchir sur le sujet de la vie et de la mort : Y-a -t-il une vie avant la naissance ? Et après la mort ? Bouddha l’affirme en évoquant une conscience qui migre, à la manière d’un feu allumé par un autre. À nous-vous, les débutants, de vérifier ses dires.



→ Lire l’important Sūtra de la Cause et de l’Effet énoncé par le Bouddha Śākyamuni..



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure