Les Douze Liens Interdépendants


Définition


Les êtres sensibles des sphères du samsara sont tous soumis à cette chaine des douze liens interdépendants du fait de perceptions illusoires erronées. Voir clairement cette interdépendance de tous les phénomènes permet d'atteindre la libération authentique qu'est le nirvana.

Voici cette chaîne : ignorance – facteurs de composition – conscience 'individuelle' ou 'affligée' – nom et forme – sources de perceptions – contact – sensation – soif – appropriation – devenir – naissance – vieillesse et mort.       


▪ Sens succinct…


1) L'ignorance 'innée' : laquelle repose sur la croyance d'un soi, par méconnaissance des quatre nobles vérités et de la causalité karmique ;

2) les facteurs de composition : de cette croyance en un 'je' erronée, proviennent trois types d'actions, à savoir les actes vertueux, non vertueux et inamovibles ;

3) la conscience 'individuelle' ou 'affligée' : ces trois types d'actions projettent cette conscience dans une des sphères du samsara ;

4) le nom et la forme : cette conscience une fois dans la matrice, conditionne la formation des cinq agrégats ;

5) les sources de perceptions : la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher et le mental se développent ;

6) le contact : il provient de la coïncidence entre l'objet extérieur, la conscience intérieure et la faculté ;

7) la sensation : celle-ci peut prendre trois aspects – plaisante, déplaisante, neutre ;

8) la soif : elle en découle et prend deux formes possibles – soif d'acquérir le plaisant et soif de repousser le déplaisant ;

9) l'appropriation : tout ce qui fait l'objet de la soif est désiré et recherché aveuglement ;

10) le devenir : il résulte de l'accomplissement de la soif et de l'appropriation ;

11) la naissance : on revient dans une sphère d'existence du samsara selon les actes accomplis ;

12) la vieillesse et la mort : du fait d'innombrables expériences de souffrance durant la vie (la maladie, etc.), les composés du corps périssent et survient inexorablement la mort.


S'en libérer


Un examen poussé révèle que l'immense masse de souffrances subie par les êtres sensibles résulte de l'ignorance en tant que croyance à un soi. Déraciner cette croyance est mettre un terme à cette masse de souffrance…En pratique, l'adepte s'attelle à briser cette chaîne en s'attaquant aux deux maillons : la soif et l'appropriation.  

Les adeptes de la voie des auditeurs et des pratyekabouddhas méditent sur cette chaîne sur la base de la discrimination, à savoir 'écarter ce qui doit être écarté' et 'adopter ce qui doit être adopté.' Ils se libèrent ainsi en atteignant le 'moindre éveil' du fait de ne pas avoir réalisé, contrairement à l'être d'éveil ou bodhisattva, la nature fondamentale des phénomènes régis par la production interdépendante.    


La causalité profonde propre à la production interdépendante est très difficile à comprendre, surtout des non-bouddhistes. Il s'agit d'un véritable trésor des enseignements des Bouddhas. Il importe de le chérir !  


◄Contenu Bases Bouddhisme - Amitabha Terre Pure