Les Cinq Dégénérescences ou Turpitudes


Selon la cosmogonie bouddhique, le temps est mesuré en utilisant le terme kalpa qui sert d'unité. Un grand kalpa est une longue période qui a quatre composantes : la période de formation – la période de continuation ou maintien – la période de destruction – la période du vide ou de la vacuité du monde. Chacune de ces composantes peut être divisée en vingt petits kalpas dont la durée est d'environ 17 millions d'années.


Lorsque les êtres sensibles se trouvent dans la période de destruction ou de kalpa décroissant, cinq types de dégénérescences surgissent. Elles débutent quand la durée humaine commence a diminué de 80 000 ans à 20 000 ans et deviennent plus sévères à mesure que la durée de vie de l'être humain diminue à 10 ans.


Quelles sont ces dégénérescences ou turpitudes ?    


1) la turpitude d'un kalpa en décomposition ;

2) la turpitude des points de vue, tels que les cinq points de vue erronés ;

3) la turpitude des afflictions, y compris la cupidité, la colère, l'illusion, l'arrogance et le doute ;

4) la turpitude des êtres sensibles qui vivent une vie mauvaise et sont dans une souffrance croissante ;

5) la turpitude de la durée de vie de l'humain qui diminue progressivement jusqu'à 10 ans.


Les turpitudes 2) et 3) sont la turpitude elle-même, ce qui mène aux résultats 4) et 5).


En regardant le monde humain dans lequel nous sommes actuellement, un monde dans lequel l'âge moyen d'existence (autour de 80 ans seulement) diminue – selon les scientifiques – on reconnaît clairement que nous sommes entrés dans cette période de déclin du Dharma annoncée par le Bouddha Śākyamuni.

Les poisons principaux – ignorance, désir-attachement et colère – sont de plus en plus violents. Les faits divers terribles relevés dans les médias nous le rappellent à bon escient afin de cultiver la Voie promptement sans tergiverser. Le monde est comme une maison en feu. De loin, la Terre est belle et bleue, mais à mesure que l'on approche du sol, elle devient rouge de feu provoqué par l’humain. Les êtres humains sont de plus en plus fous, s'adonnant à toute activité mue par ces poisons, comme s'ils allaient vivre éternellement. Dans une quête ou production aveugle d’un bonheur fictif. Ils commettent continuellement des mauvaises actions – du corps, de la parole et de l’esprit – et produisent le mauvais karma individuel et collectif de leur propre souffrance et destruction.

En particulier, il est enseigné dans les écrits bouddhistes qu'à l'époque très sombre où la longévité sera proche de 10 ans, les êtres pourront s'entretuer simplement par une peur irraisonnée ou un mauvais regard ! Décrire en détails cette période suffirait à effrayer plus d'un… Mais cela arrive déjà aujourd'hui, çà et là.


Si l'on a confiance en la Voie du Bouddha, comment peut-on rester indifférent et ne pas vouloir la libération du cycle du saṃsāra (naissance et mort) et des êtres sensibles ?             



◄Contenu Bases du Bouddhisme - Amitabha Terre Pure