Les Huit Dharmas Mondains

Les Huit Dharmas Mondains sont également connus comme les huit préoccupations mondaines. Éviter ces huit états mentaux est considéré comme très important dans la pratique bouddhiste. Ils décrivent les activités que nous développons sans cesse vers les plaisirs à court terme, qui, souvent, ne résultent même pas en plaisir ...

Les Huit Dharmas Mondains sont ceux-ci :

- Chercher à obtenir ce que l’on veut, et éviter d'obtenir ce que l’on ne veut pas

- Désirer (instantanée) le bonheur, et ne pas vouloir le malheur
- Vouloir la gloire, et ne pas vouloir être inconnu
- Vouloir la louange, et ne pas vouloir le blâme.

Du point de vue du karma, nous nous comportons habituellement à l’inverse de nos objectifs, parce que pour recevoir ce que nous voulons, nous devons donner aux autres ce qu'ils veulent. Pour éviter de recevoir ce que nous ne voulons pas, nous devrions éviter de donner aux autres ce qu'ils ne veulent pas et ainsi de suite.
C'est un très bon sujet de méditation, nous pourrions nous demander à nous mêmes, par exemple :

- Est-ce que j’apporte aux autres des expériences du bonheur ou des expériences déplaisantes ?
- Est ce que j’aide les autres qui sont malheureux ?
- Combien de fois blâme-je les gens au lieu de les louer ?
- Que puis-je faire avec la gloire, que va-t-elle vraiment m'apporter ?
- Qu’est ce qui sera utile lorsque je serai sur le point de mourir ?

Une histoire du Vénérable Maître Hsing Yun :

« Les huit vents ne peuvent pas m’ébranler »

Su Dongpo (un fameux poète bouddhiste) de la dynastie des Song a été affecté à un poste officiel à Guazhuo, qui était situé sur la rive nord de la rivière Yangtze. À ll’autre côté du fleuve, sur sa rive sud, se trouvait le Temple Jinshan (Montagne d’or) où le maître Chan Foyin présidait. Un jour, Su Dongpo, se sentant assez avancé dans sa pratique, écrit un poème et demanda à son assistant de l'envoyer au maître Chan Foyin pour vérification. Le poème était comme suit :

"Saluant avec mon plus grand respect
Le deva des devas,
Dont la lumière fine éclaire l’univers tout entier,
Les huit vents ne peuvent m’ébranler,                                                                                        
 Suite ►
Car je suis assis bien droit sur la fleur de lotus d'or pourpre."                       ◄Contenu Bases Bouddhisme