Activité → Végétarisme Amitabha

Une petite sélection de parabole sur les bienfaits du végétarisme. C’est une forme d’ enseignement dont le Bouddha usait.

Compassion (sanctuaire animal)


‘’Le Seigneur de Varanasi une fois, chassa et tua beaucoup de cerfs sur sa terre. Le roi des cerfs l’implora d’arrêter la tuerie gratuite et lui promit que chaque jour, il lui enverrait le nombre de cerfs qu’il exige. Un jour, il était devant la nécessité d’envoyer un cerf  gravide. Plutôt que de le sacrifier avec son ‘enfant’ à naître, le roi cerf se rendit devant le seigneur pour lui offrir sa propre chaire. Le seigneur était si touché par la compassion du roi cerf qu’il arrêta la tuerie quotidienne et lui donna la terre. Depuis, il est appelé le parc des cerfs.

The Deer King was Buddha Shakyamuni in a previous life. His great act of compassion was met by an equally lofty act which resulted in the creation of an animal sanctuary and a pilgrimage site.

Le roi cerf était le Bouddha Shakyamuni dans une précédente vie. Son grand acte de compassion joint à un acte d’équanimité noble résulta en la création d’un sanctuaire animal et d’un site de pèlerinage.

Extrait de ‘’Records of the Western Regions’’ du Patriarche Hsuan-tsang


▬▬▬▬▬▬▬

▪ Le fils du Roi Dragon


« Il y avait autrefois un vieil homme nommé Ch’u. Il avait bien au dessus de la soixantaine. Il avait accompli beaucoup de bonnes actions tout au long de sa vie. Dans le passé, le moyen de transport était très difficile. Il donnait beaucoup d’argent pour que des routes puissent être construites, ainsi que des ponts, de façon à faciliter le déplacement des gens. Les gens dans le besoin pouvaient toujours compter sur lui pour la charité. Ses voisins disaient toujours de bonnes choses à son égard. Un jour, il vit un poissonnier en chemin vers le marché pour vendre une carpe fraîchement attrapée. Ce magnifique poisson avait des marques rouges aussi chaleureuses et brillantes que le feu en hiver. Ses  yeux étaient aussi brillants que les étoiles dans le ciel. Ch’u le vieil homme pensait qu’il serait bien dommage de manger un si beau poisson, et donc, acheta le poisson pour un bon prix et le libéra dans un bassin. Il se sentait très fier de son action. Mais Ch’u était un vieil homme et personne ne peut vivre pour toujours. Peu de temps après, il se sentait faible, étourdi, et abattu. Il pensait qu’il ne vivrait plus bien longtemps.

Tandis qu’il était malade allongé chez lui, un garçon serveur se présentait et dit,’ Monsieur Ch’u, mon maître m’a envoyé pour vous inviter à manger avec lui’. Vieux Ch’u ne reconnaissait pas quel serveur il était, mais il pensait que sortir du lit pourrait lui faire du bien ; un bon repas extérieur pourrait lui redonner le moral. Il suivit alors le garçon.’ Il doit être vraiment malade,’pensait-il tandis qu’ils  faisaient leur chemin,’Tout a l’air si brumeux,  et semble briller d’une lumière d’or.’ En peu de temps, il se retrouva debout en face d’un palais orné avec des piliers creusés et des poutres peintes. Un signe au dessus de la porte de devant disait, le Palais de Cristal. ‘ Étrange! N’est ce pas cela le nom du Palais du Dragon ? Se demanda vieux Ch’u. Après un court moment, son hôte sortit, un homme très impressionnant avec des sourcils minces, de longs yeux, et cinq longs filets de moustaches. Il avait l’air bien vivant et puissant, et aussi vertueux. Après qu’ils aient bavardé un peu, Vieux Ch’u découvrit que son hôte n’était autre que le Roi Dragon lui-même ! Ensemble, ils se réjouirent d’un banquet de tous les délices de la montagne et de la mer. Le Roi Dragon dit à Vieux Ch’u,’ Un de mes fils était parti à l ‘extérieur pour jouer l’autre jour, et fut kidnappé par un bandit qui était sur le point de le tuer ! Heureusement, vous étiez là pour le sauver. Pour cela, nous vous sommes des plus reconnaissants.’ Actuellement, votre temps de vie sur cette terre est sur le point de finir, mais parce que vous avez sauvé un dragon déguisé en poisson, vous avez gagné le droit de vivre plus longtemps. J’ai préparé ce simple repas pour vous exprimer ma gratitude, et pour vous expliquer cela.’ ’J’ose à peine accepter votre générosité,’ répliqua humblement Vieux Ch’u.’ A partir de maintenant, je ferai plus de bonnes actions pour montrer ma profonde gratitude.’

Après la fin de leur fête, Vieux Ch’u se réveilla du lit avec un estomac plein.’ Cela a du être un rêve,’ se disait-il à lui-même. ‘ Mais pourquoi suis-je si rempli ?’ Il fit beaucoup plus de bonnes actions, et mourut en paix plusieurs années plus tard sans aucune souffrance à l’ âge  de cent vingt ans… »

Extrait de « l’Amour de la Vie »

▬▬▬▬▬▬▬

▪ Le chemin de Compassion


Un jour, Siddhârta le futur Bouddha Shakyamuni quitta Rajagriha pour rejoindre les pieds de la montagne où beaucoup d’ermites et sages demeuraient. Sur son chemin, il vit de la poussière tomber de la montagne et le bruit d’animaux qui se trémoussaient. Il s’approcha des lieux, et vit un large troupeau de moutons et de chèvres se déplaçant comme un banc de nuages. Ils étaient conduits inévitablement vers la ville. Derrière le troupeau, un petit agneau traînait, sautant avec peine, une de ses pattes était blessée et saignait. Siddhârta avait remarqué ce petit agneau et sa mère qui marchait devant et regardait constamment derrière elle inquiète pour sa progéniture. Son coeur était rempli de pitié. Alors Siddhârta prit le petit agneau à la patte blessée dans ses bras, le caressait doucement en marchant derrière le troupeau.

Quand il vit les bergers, il demanda,’ Où conduisez-vous ce troupeau? Il devrait normalement être ramené dans la soirée ! Pourquoi les conduisez-vous à midi ?’ Les bergers répliquèrent :’Le Roi tient un grand sacrifice aujourd’hui, et on nous a ordonné d’amener chacun, une centaine de moutons et de chèvres à la ville pour midi.’ Siddhârta dit : ‘ Je vais partir avec vous.’ Il porta le petit agneau dans ses bras tout le temps du chemin vers la ville. Marchant derrière le troupeau de moutons, Siddhârta atteignit la ville; puis se dirigea vers le palais, où le sacrifice se tenait.

Le roi et un groupe de prêtres du culte de l’adoration du feu chantaient des hymnes, tandis qu’un énorme feu brûlait sur l’autel. Ils étaient sur le point de tuer le troupeau en sacrifice, mais quand le chef des adorateurs du feu brandit son épée pour trancher la tête du premier mouton, Siddhârta se mit en branle rapidement et l’arrêta…D’une façon grave et solennelle, Siddhârta…. dit au roi Bimbisara : ‘ Votre majesté, ne laissez pas ces adorateurs détruire la vie de ces pauvres animaux.’ Alors, il s’adressa aux gens témoins qui se tenaient autour, par ces mots  : ‘ Toutes les créatures s’accrochent à la vie. Pourquoi des gens devraient exercer autant de force brutale à l’encontre de ses animaux amicaux ? La souffrance de la naissance, de la vieillesse, de la maladie et de la mort emporteront naturellement leurs vies chéries.’ Siddhârta continua : ‘ Si les êtres humains recherchent la miséricorde, ils doivent montrer de la miséricorde parce que, en accord avec la loi de cause à effet, ceux qui tuent, en retour, seront tués.

Si nous souhaitons le bonheur dans le futur, nous ne devons commettre aucun mal à l’encontre de toute forme de créature. Quiconque répand les graines de la tristesse et de l’agonie, fera sans doute l’expérience de ce qu’il a répandu.’ La manière dont Siddhârta parlait était paisible, digne et pleine de Compassion, ainsi que déterminée et puissante. Il changea complètement l’intention et la croyance du Roi et des donateurs du feu.

Alors le roi Bimbisara demanda à Siddhârta de rester dans son pays pour enseigner aux gens  comment être miséricordieux… Siddhârta était profondément reconnaissant, mais puisqu’il n’avait pas encore atteint son objectif de réaliser l’ Éveil complet, il déclina l’invitation et partit ».


Extrait d’une biographie picturale du Bouddha Shakyamuni.

▬▬▬▬▬▬▬

▪ Sauver la lumière de sagesse


“ Maintenant, su vous souhaitez sauver un certain être mais cela est au-delà de vos capacités, alors, vous devriez d’un esprit focalisé réciter le nom du Bouddha Amitabha. Par exemple, vous pouvez voir des cochons ou des moutons sur le point d’être assassinés, et vous ne pouvez les libérer parce que vous n’avez pas les moyens de les acheter tous. A ce moment, vous devriez d’un esprit unifié réciter le nom du Bouddha  afin que ces animaux puissent entendre. Vous pouvez aussi parler du Dharma. Vous pourriez leur dire, ‘ Vous tous, êtres sensibles, devriez produire l’esprit d’éveil.’ Ceci est la création de causes et de conditions pour sauver leur lumière de sagesse. Bien que vous ne puissiez sauver leurs corps physiques, vous sauvez leur lumière de sagesse. ‘’

Maître Hui Seng

▬▬▬▬▬▬▬

Compassion ( Le perroquet Himalayens)


‘’Dans une broussaille au pied des montagnes Himalayennes, il y vivait une fois un perroquet avec beaucoup d’autres animaux et oiseaux. Un jour, un feu apparut dans la broussaille suite à une forte friction entre des bambous dans un vent fort et les oiseaux et les animaux furent effrayés de confusion. Le perroquet, ressentant de la Compassion pour leur frayeur et leur souffrance, et [se souvenant] de la bonté qu’il avait reçu dans la broussaille de bambou où il pouvait s’abriter, essaya de faire tout son possible pour les sauver. Il plongea (se trempa) dans un étang proche et vola au dessus du feu, se débarrassa des gouttes d’eau pour éteindre le feu. Il répéta cela diligemment avec un cœur de Compassion [pour tous les animaux dans la broussaille]. Cet esprit de Compassion et de sacrifice de soi fut remarqué par un dieu céleste qui descendit du ciel et dit au perroquet : ‘Vous avez un esprit brave, mais quel bien espérez-vous accomplir avec quelques gouttes d’eau contre ce grand feu ?’ Le perroquet répondit : ‘ Il n’y a rien qui ne peut être accompli avec l’esprit de Compassion et le sacrifice de soi. J’essayerai encore et encore et ainsi, même dans la prochaine vie’. Le grand dieu fut impressionné par l’esprit du perroquet et ils éteignirent ensemble le feu’’. (L’enseignement du Bouddha).


Amitabha Terre Pure - Dharma Diffusion