Activité → Végétarisme Amitabha

Au milieu des années 1960, le Dalaï-lama était impressionné éthiquement par des moines indiens végétariens et adopta un régime végétarien pendant environ un an et demi. Apparemment, il consommait d’abord des noix et du lait. Malheureusement, il contracta l’hépatite B et son foie était sérieusement endommagé. Pour des raisons de santé, des médecins lui conseillèrent de manger de la viande. Alors qu’il mangeait de la viande en faible quantité depuis, le Dalaï-lama a constamment souligné qu’un régime végétarien est une expression valable de compassion et contribue à la cessation de la souffrance de tous les êtres sensibles. Cependant, il mange de la viande seulement une fois sur deux (6 mois par an). Il est semi –végétarien, bien qu’il souhaite le devenir pleinement. En faisant l’exemple de réduire sa consommation de viande en deux, il essaye gentiment d’influencer ses disciples.


‘’Tandis que beaucoup de grands maîtres tibétains mangeaient et mangent des animaux, le Dalaï-lama a fait surgir un nouveau sujet en établissant publiquement son cas pour le végétarisme. Si nous considérons sérieusement la compassion inhérente dans les actions et conseils de Sa Sainteté, les bouddhistes mangeurs de viande pourraient pareillement essayer de manger végétarien au moins une fois sur deux pour commencer.

Puisque les bouddhistes ont pris le vœu de ne pas tuer, ils ne devraient pas adopter une façon de vivre qui encourage d’autres personnes à tuer. Même si l’on n’a pas une grande compassion pour les animaux, ceci sauverait de façon méritante les humains de l’accomplissement d’actions haineuses. Le pouvoir de chaque être humain qui devient végétarien soulage la plus intense souffrance du royaume animal – l’agonie d’animaux d’élevage d’usine. Cette profonde action peut aider à ralentir les roues acérées du Samsara, mettant fin aux cycles de la souffrance du royaume animal entier et influençant leur éventuelle libération. Quand les animaux ne sont seulement regardés comme des créatures pour remplir nos estomacs, ils peuvent être vus comme ils sont réellement – des êtres qui ont la même nature de Bouddha que nous tous.’’


‘’Ce Thanksgiving, l’équipe du Fond pour les Animaux remercient le Dalaï-lama, chef spirituel du Bouddhisme Tibétain pour des déclarations récentes en faveur des droits des animaux. Lors d’une audience ave des représentants du Fond pour les Animaux plus tôt dans ce mois-ci, le Dalaï-lama a recommandé le mouvement des droits de l’animal à travailler pour mettre fin à la souffrance des animaux, et a exhorté quiconque le peut, d’adopter un régime végétarien. En parlant avec directeur national du Fond pour les Animaux, Heidi Prescott, et le coordinateur du programme, Norm Phelps, le prix Nobel de 1989  a déclaré, ‘’Les gens pensent aux animaux comme s’ils étaient comme des végétaux, et cela n’est pas juste. Nous devons changer la façon dont les gens regardent les animaux. J’encourage le peuple tibétain et tous les gens à se tourner vers un régime végétarien qui ne cause pas de souffrance.’’ Sa Sainteté a aussi condamné la maltraitance et le meurtre d’animaux pour des raisons de divertissements, comme la pratique de la chasse d’animaux sauvages pour le sport. Le Dalaï-lama a invité le Fond pour les Animaux à travailler avec son gouvernement en exil en Inde pour aider à encourager les gens à devenir végétariens et à protéger les animaux de la souffrance.’’


- AmeriScan : Le 25 Novembre 1998


───────


‘’D’après l’enseignement bouddhiste, il y a une interdépendance étroite entre l’environnement naturel et les êtres sensibles qui y vivent. Certains de mes amis m’ont dit que la nature humaine basique est d’une certaine façon violente, mais je leur ai dit que je n’étais pas d’accord. Si nous examinons les animaux, tels que les tigres ou les lions, nous apprenons que leur nature basique les dote de canines aiguisées et de griffes. Les animaux paisibles, tels que les cerfs qui sont compléments végétariens, sont plus doux et ont des petites dents et aucunes griffes. De ce point de vue, nous les humains avons une nature non – violente.’’


- Écologie et le Cœur Humain (Ecology and the Human Heart)


───────


‘’Chaque fois que je visite un marché et voit les poulets bondés dans des cages minuscules qui ne leur laissent aucun espace pour bouger ça et là et étendre leurs ailes et le poisson se noyant doucement dans l’air, mon cœur se tourne vers eux. Les gens doivent apprendre à penser aux animaux d’une façon différente, comme étant des êtres sensibles qui aiment la vie et craignent la mort. J’exhorte quiconque le peut, d’adopter un régime compatissant végétarien.’’


- Lors d’une audience accordée à Norm Phelps et Heidi Prescott du Fond pour les Animaux, washinton, D.C., le 10 Novembre 1998.


───────


‘’Un jour je suis allé visiter un petit lac pour offrir de la nourriture aux poissons qui nous avions précédemment libéré ici. Sur mon chemin du retour, quelqu’un m’avait dit, ‘’ Au fait, avez-vous vu le poulailler ?’’ soudainement j’avais eu une vision où j’ai vu de vastes groupes de poulets marchant le long en portant des bannières sur lesquelles était écrit, ‘’Le Dalaï-lama ne sauve pas seulement les poissons, mais les nourrit même. Que fait-il pour nous les pauvres poulets ?’’ Je me sentais vraiment triste et désolé pour les poulets… nous ne dressons plus de poulaillers dans nos colonies.’’


- Le Dalaï-lama,dans  Imaginez tous les Gens : Une conversation avec le Dalaï-lama sur l’argent, la politique, et la vie comme elle pourrait être (page .30) – (The Dalai Lama, in Imagine All the People: A Conversation with the Dalai Lama on  Money, Politics, and Life as It Could Be (pg. 30)
             

───────


‘’Je ne vois pas du tout de raison pour laquelle les animaux devraient être massacrés pour servir un régime humain quand il y a tant de substituts. Après tout, l’homme peut vivre sans viande. il n’y a que certains animaux qui doivent subsister avec de la chair. Tuer des animaux pour le sport, pour le plaisir, pour des aventures, et pour la peau et la fourrure est un phénomène qui est à la fois dégoûtant et bouleversant. Il n’y a aucune justification pour s’adonner à de tels actes de brutalité.


Dans notre approche de la vie, qu’elle soit pragmatique ou autrement, la vérité ultime à laquelle nous sommes confrontés directement et incontestablement, est le désir pur la paix, la sécurité et le bonheur. Différents formes de vie dans différents aspects d’existence forment les habitants envahissants de cette planète qu’est la nôtre. Et, peu importe qu’ils appartiennent au plus haut groupe en tant qu’humains ou au plus bas groupe, les animaux, tous les êtres primordialement recherchent la paix, le confort et la sécurité. La vie est aussi chère pour une créature muette que pour un homme. Tout comme on veut le bonheur et on craint la douleur, tout comme on veut vivre et ne pas mourir, il en est de même pour d’autres créatures.’’


- Le Chemin Végétarien, le 19ème Congrès Mondial Végétarien – 1967               


───────


‘’Pour ces gens qui peuvent pratiquer le végétarisme stricte, cela est le mieux. J’étais profondément impressionné l’autre jour quand j’ai entendu à la BBC que le nombre de végétariens dans ce pays (Grand Bretagne) est en augmentation. Ceci est une bonne nouvelle.’’


- La Signification de la Vie d’une Perspective Bouddhiste (page 72 – 73) – (The Meaning of Life from a Buddhist Perspective (pg 72-73))


───────


‘’Le végétarisme est vraiment admirable. Dans le cas de ceux vivant au Tibet dans le passé, à cause des conditions climatiques et la rareté des végétaux, il est peut-être compréhensible que les gens généralement adoptaient un régime non végétarien. Maintenant, particulièrement dans des pays où il y a une abondance de végétaux frais et de fruits, il est de loin meilleur de réduire notre consommation de nourriture non végétarienne autant que possible’’.


- Le Monde du Bouddhisme Tibétain (page 111) – (The World of Tibetan Buddhism (pg 111))


───────


‘’Je pense que d’un point de vue bouddhiste il est très important d’être végétarien. J’ai toujours dit que même si sur un plan individuel on ne réussit pas toujours à coller  à un régime végétarien, quand un grand nombre de personnes se rencontrent pour une fête, une conférence, ou tout autre rassemblement, il est indispensable que le groupe évite de manger de la viande. Quant à moi, j’ai essayé de mon mieux d’introduire le végétarisme dans la société tibétaine…


D’après le bouddhisme, la vie des êtres – humains, animaux ou autre – est précieuse, et tous ont le même droit au bonheur. Pour cette raison, je trouve cela honteux que des animaux soient utilisés sans la moindre compassion, et qu’ils soient utilisés pour des expériences scientifiques.


… J’ai aussi remarqué que ceux qui manquent de toute compassion pour les animaux et qui n’hésite pas du tout à les tuer sont aussi ceux qui, tôt ou tard, montrent un manque de compassion envers les êtres humains. Inversement, plus nous avons  de la compassion pour les animaux, plus nous considérons leurs vies comme précieuse, alors plus nous avons du respect pour la vie humaine.’’


- Au-delà du Dogme – Beyong Dogma (page 28)


───────


‘’La souffrance des animaux est immédiatement apparente, par exemple, chez les chèvres et les agneaux massacrés par le boucher, incapables de sauver leurs propres vies. Les animaux sont inoffensifs, ils sont totalement sans pouvoir, ne possédant rien si ce n’est le peu d’eau et de nourriture que nous leur donnons. Ils sont si simples, si stupides, ignorants, et sans défense, que les hommes n’ont vraiment aucun droit de les chasser et de les tuer. Les vaches, les chevaux, les ânes et d’autres animaux ont un destin et une vie morose.’’


- Enseignements Essentiels – Essentiel Teachings (page 43)  

  

───────


‘’Si vous adoptez des méthodes discutables pour devenir riche, telle que la vente d’armes ou la construction de poulaillers, alors votre gagne – pain devient une source d’énergie et de karma négatif. En investissant votre argent dans l’industrie avicole, par exemple, vous pouvez devenir plus riche mais au dépend des vies d’autres êtres…


Bien que d’un point de vie spirituel, nous pouvons dire que les êtres humains sont les plus précieux de tous les êtres vivants, vu d’autres angles nous sommes l’espèce la plus destructrice que notre planète a connu. Non seulement nous créons de la peine à d’autres espèces – les millions de poissons, les poulets, les vaches et autres que nous considérons comme étant notre juste nourriture – mais nous utilisons même notre intelligence pour planifier la destruction totale de la planète sur laquelle nous vivons ! ‘’


- Le Dalaï-lama sur l’argent, la politique, et la vie comme elle pourrait être - The Dalai Lama on Money, Politics, and Life As It Could Be (pg 15, 29-30)             

   

───────


‘’Si vous prêtez une particulière attention à l’observance des pratiques des trois tantras inférieurs, il est important de maintenir un régime végétarien. Bien qu’il soit raisonnable pour les tibétains de manger de la viande au Tibet, à cause de des conditions climatiques et la rareté des légumes, dans nos pays où il y a des légumes en abondance, il est de loin meilleur d’éviter ou de réduire votre consommation de viande. Particulièrement quand vous invitez beaucoup de gens à une fête, il est bon si vous pouvez fournir une nourriture végétarienne.’’


- Un article des Chemins du Bouddhisme Tibétain - A Survey of the Paths of Tibetan Buddhism



Amitabha Terre Pure - Dharma Diffusion

▪ Note


Cette page recense des citations de Sa Sainteté afin de lever toute confusion et malentendu sur sa position concernant le végétarisme.


Citations sur le végétarisme par le bouddhiste le plus connu dans le monde

Sa Sainteté le 14ème Dalaï-Lama – Prix Nobel de la paix en 1989

Discours - Nantes 2008

Dalaï-Lama et Végétarisme - Vidéo - Amitabha