Amitabha Roue Dharma Amitabha

Paroles de Ma-cig Lab-kyi sgron-ma  (1055 – 1145 / 1153)

Connue sous le nom de Machig Labdron (phonétiquement parlant)

Sur l’importance de prier pour renaître en la Terre Pure d’ Amitabha



Pour ceux qui souhaitent devenir Bouddha promptement, il est nécessaire de prier pour [une renaissance en] une Terre Pure de Bouddha. Il y a différents champs au-delà du nombre, et il a été déclaré qu’ils sont difficiles à délimiter en parole. Parmi eux, afin de renaître dans les autres champs supérieurs sauf celui de Sukhavati, on doit atteindre au moins la huitième terre (bhûmi), après avoir entièrement coupé les deux obscurcissements. Même pour renaître dans les champs intermédiaires, on doit entièrement couper même le moindre des aspects subtils de l’obscurcissement des afflictions (kleúavârana) et atteindre au moins le premier [moment] sur le chemin de la cultivation contemplative (bhâvanâmârga). Et même pour le moindre des champs, on doit couper aux racines l’attachement à soi, et atteindre le chemin de la vision (darúanamârga), qui est, le non soi, la vraie vérité. Jusqu’à ce que l’on ait atteint le chemin de la vision, bien que nous prions [pour renaître dans un champ de Bouddha], on ne réussira pas. Mais même sans avoir atteint le chemin de la vision, nous efforcerions-nous à la prière, sans être engagés même dans la plus subtile des fautes disciplinaires eut respect de nos engagements et de notre entraînement moral, et en purifiant les péchés et rassemblant les bénéfices de la vertu, on pourra juste renaître dans certains des champ insignifiants tels que Tushita, et même cela sera difficile. Parce que dans ces champs, il n’y a pas de place pour les naissances de personnes communes, ordinaires (prthagjana), qui se vautrent dans les afflictions (klesa), et qui doivent dès maintenant faire des prier longuement ! Par conséquent, il semblerait que les personnes ordinaires affligées ne renaîtront pas dans le champ d’un Bouddha. Néanmoins, à travers le pouvoir des prières du Bouddha Amitabha, la renaissance dans le champ de Sukhavati a été accordée par le seigneur Amitabha lui-même, et pour cette raison on doit par tous les moyens [littéralement,’’A travers toutes les portes’’] s’efforcer à la prière de renaissance en Sukhavati ! Sans doute, suspicion, paresse, ou irrésolution, et par des moyens de certitude et un effort ardent on doit prier, en se souvenant des parures du champ de Sukhavati et de ses qualités. Parce que même les personnes banales, ordinaires, qui sont grevées d’afflictions, peuvent renaître en Sukhavati, ce qui est exceptionnel. Et ayant repris naissance là bas, tous nos souhaits se réaliseront aussi vite que nous les concevons, et on ne sera pas corrompus par le plus simple des obscurcissements des afflictions. De plus, parce que l’on a la permission de séjourner dans n’importe lequel des champs de Bouddha que nous souhaitons, ceci est exceptionnel ; et ceci est exceptionnel parce que la Bouddhéité est plus rapide que dans les autres champs. Parce qu’il n’y a nulle part ailleurs de champ qui est le plus à la portée de l’obtention que Sukhavati, lequel est doté de ce qui est susnommé et d’autres qualités au-delà de toute conception, il est excessivement important que l’on s’efforce dans la prière de renaissance en Sukhavati.  



Note : Ma-cig Lab-kyi sgron-ma  était une contemporaine de Milarépa, fondatrice de la pratique de Chöd (pratique qui consiste à trancher l’égo à la racine) et considérée comme l’émanation de Yeshe Tsogyal. Elle fut annoncée par le Bouddha Shakyamuni et Padamasambhava.   



source anglaise: Approaching the Land of Bliss

Amitabha Terre Pure - Dharma Diffusion